Mapapay Dhow Safari

Qui sommes nous

En 1993, juste après la guerre civile, les premiers touristes arrivèrent à Vilanculos. Les Mapapay , famille de pêcheurs, faisaient le commerce de leurs propres poissons péchés dans l’archipel avec les villes les plus importantes du pays.

C’est à cette époque que les premiers touristes viennent visiter les îles voisines paradisiaques de Bazaruto, Benguerra, et Magaruque, Et Joao (Jean) avec son bateau de pêche organise alors des traversées pour faire découvrir les beautés naturelles de ces îles de rêve.
A partir de ce moment, le nom de Mapapay devient respecté et connu dans toute la région. Avec son fils Helder, qui devient peu à peu le moteur de l’entreprise, Joao commence une véritable activité touristique : croisières vers les îles, pêche, et en 2002, le « dhow » (bateau traditionnel de la région) n’est plus suffisant pour satisfaire la demande des touristes.

Aujourd’hui, la famille est propriétaire de deux bateaux. Le professionnalisme, le sérieux et la ponctualité dans leur travail sont reconnus. La famille est devenue l’une des meilleures organisations de Vilanculos pour les excursions vers les îles. Joao et Helder sont aidés par Osvaldo, chauffeur, ami et homme de confiance qui assure les transferts des touristes depuis leur l’hôtel, avec le mini-van de l’entreprise.
En janvier 2012 Marina les rejoint. C’est une italienne qui a une grande expérience du monde du tourisme depuis plus de vingt ans. Elle trouve à Vilanculos avec la famille Mapapay un partenaire pour réaliser son rêve : ouvrir une agence réceptive fournissant dans l’archipel des services avec des collaborateurs fiables et sérieux.

Sa longue expérience dans le tourisme en Europe, son professionnalisme à l’occidental, sa volonté d’exigence combinés à l’expérience de ses partenaires africains créent un mélange explosif qui permet d’offrir des services de haute qualité.
Le travail se fait dans une ambiance joyeuse et bon enfant, avec un bonheur partagé inhérent à ce paradis naturel.

 

Notre nouveau bateau: « La Dolce Vita »